Vous êtes ici : Accueil / Qualité de l'air / Mesures / Particules Fines / Historique / Evolution

PM10 Moyenne annuelle

PM10 Moyenne annuelle | PM10 Moyenne journalière | PM2.5 Moyenne annuelle

Ces chiffres ont été calculés sur base des valeurs fournies par la technique d’interpolation RIO (à la résolution spatiale de 4x4 km²). Les chiffres sont donc représentatifs de moyennes sur des cellules de grille de 4x4 km², ce qui signifie que les concentrations plus locales peuvent donc être sensiblement différentes.

Evolution des percentiles

La figure ci-dessous présente par le biais de diagrammes en boîtes (« boxplot ») l’évolution du minimum, du 25ème centile (P25) , du 50ème centile (P50), du 75ème centile (P75) et du maximum des concentrations moyennes annuelles de PM10 par cellule de 4x4 km² de la grille RIO en Belgique. La moyenne spatiale sur l’ensemble de la Belgique est également représentée par les cercles bleus. On peut constater que l’évolution est similaire pour l’ensemble de ces paramètres. Après 2003, on observe une baisse des concentrations moyennes annuelles de PM10 ; celles-ci ont plutôt tendance à stagner durant les dernières années. Depuis 2007, le maximum des concentrations moyennes annuelles se situent systématiquement sous la valeur limite européenne de 40 µg/m³. En 2020, 11,5 % des cellules de la grille dépassent encore la valeur de 20 µg/m³ recommandée par l'OMS.

Diagramme en boîtes des concentrations moyennes annuelles de PM10 (µg/m³) sur la période 1997-2020 en Belgique. La moyenne spatiale est indiquée par les cercles bleus. Toutes les données ont été calculées sur base de la technique d’interpolation RIO.

Cliquez ici pour de plus amples détails concernant l’interprétation des diagrammes en boîtes.

Evolution des moyennes régionales

L'évolution des moyennes annuelles de PM10 par Région est donnée par la figure suivante. Les concentrations moyennes annuelles de PM10 en 2020 est 15,4 µg/m³ à Bruxelles, 18,3 µg/m³ en Flandre,  10,1 µg/m³ en Wallonie. La concentration pondérée en fonction de la population, c’est-à-dire où l’on attribue un plus grand poids aux cellules de la grille présentant une densité de population plus élevée dans le calcul de la moyenne spatiale, est toujours supérieure à la concentration moyenne annuelle belge de PM10 et s'élève à 16,5 µg/m³ en 2020.

Evolution de la concentration moyenne annuelle spatiale de PM10 en Belgique et dans les trois Régions, et de la moyenne pondérée en fonction de la population pour la Belgique. Toutes les données ont été calculées sur base de la technique d’interpolation RIO.

Evolutions spatiales

La distribution spatiale de la « tendance » (ou « trend », soit de l’évolution temporelle des concentrations) entre 2000 et 2020 permet de constater que les concentrations moyennes annuelles de PM10 ont baissé partout en Belgique durant cette période. Cette diminution semble plus marquée en Wallonie (entre -2,5 et -3,5 µg/m³/an) qu’en Flandre (-1,5 et -3,0 µg/m³/an). Il faut cependant observer que seul un nombre limité de stations de mesure de PM10 étaient opérationnelles en Wallonie avant 2008, et qu’elles étaient en outre concentrées dans les zones industrielles. Ceci peut expliquer une surestimation des concentrations de PM10 en Région wallonne au début de la période considérée, raison pour laquelle la diminution semble probablement plus importante qu’elle ne l’est en réalité.

Distribution spatiale de la tendance temporelle des concentrations moyennes annuelles de PM10 (pourcent par an). Toutes les données ont été calculées sur base de la technique d’interpolation RIO.